article

Une odeur de scandale plane encore sur Montréal!

Quelle histoire!

Partager sur Facebook

Comment oublier cette histoire quand l'an passée le très respecté Claude Poirier avait mentionné publiquement en février dernier qu'un scandale planait sur le Canadien et plus particulièrement sur son gardien vedette Carey Price.

On se rappellera que Poirier faisait état d'une source provenant directement d'une policière de la ville de Montréal qui faisait mention d'une bande vidéo des caméras de surveillance d'un bar de Montréal qui avaient été saisie par un avocat de l'organisation du Canadien.

Que se trouvait sur les images? Nul ne le sait. Poirier affirmait cependant que les images incriminantes impliquerait le gardien vedette du Canadien:

"Selon ce que rapporte le très respecté Claude Poirier, une histoire hors glace pourrait être derrière le visible manque de concentration de Price. Sur les ondes du 91.9 Sports, celui que l'on surnomme Le Négociateur et qui est en contact avec de multiples sources policières a affirmé qu'une histoire semblerait beaucoup le déranger. À quel point? Au point où le gardien du CH aurait demandé à un avocat de se rendre dans un bar de Montréal pour y récupérer une bande vidéo incriminante. Ne possédant pas toute l'info, Poirier n'a pas voulu aller plus loin mais a précisé que c'est une policière de la ville de Montréal qui lui aurait donné ces informations."

Pourquoi cette histoire refait surface aujourd'hui? 

Ce matin, le chroniqueur télé Hugo Dumas de La Presse a pondu un article pour le moins étrange qui soulève de nombreuses questions et fait des liens directs avec la fameuse série District 31, suivie par de nombreux téléspectateurs au cours des derniers mois. L'une des intrigues de la série, selon Dumas, serait étroitement liée à la réalité et les liens seraient évidents:

"Dans District 31, la patrouilleuse Noélie St-Hilaire (Catherine St-Laurent) a finalement été payée 500 000 $ par l’équipe de la LNH pour se fermer la trappe et ne pas divulguer publiquement l’identité du géniteur de son futur bébé, soit la star de l’attaque Vincent Bossé. Noélie encaissera également une pension alimentaire de 1500 $ par mois jusqu’à ce que son enfant atteigne l’âge de 18 ans. Avant de signer le juteux chèque, l’avocat de la formation montréalaise a cependant mis de la pression sur la policière Noélie pour qu’elle se fasse avorter. L’argent qui lui a été versé a été assorti d’une clause de confidentialité : si jamais la jeune femme brise le pacte du silence, adieu le pactole. C’est ce qui explique probablement pourquoi ce scandale a été étouffé autant dans District 31 que dans la vraie vie."

L'auteur de la série, Luc Dionne, se serait-il inspiré de très près d'une certaine histoire étouffée par la direction du Canadien de Montréal pour écrire son intrigue? Si tel était le cas, le titre de la série en question, District 31, prendrait tout son sens lorsque l'on réalise qu'il s'agit du numéro de chandail du joueur le plus controversé de l'équipe depuis déjà quelques années à Montréal.

Les populaires animateurs Alain Crête et Paul Arcand avaient également vus certaines similitudes évidentes entre la série et cette fameuse rumeur:

"Sur les ondes du 98,5 FM jeudi dernier, Alain Crête et Paul Arcand ont bien rigolé de l’imagination fertile du scénariste Dionne et de la « numérologie » associée à cette histoire. « J’imagine que le Canadien doit beaucoup aimer ce genre d’extrait de série. Joueur de hockey vedette, policière enceinte, pression du club, tout pour leur faire plaisir, quoi », a commenté l’animateur de Puisqu’il faut se lever, un gros sourire dans la voix."

On doute que la vérité sorte officiellement mais il n'en demeure pas moins qu'il ne faut qu'un pas pour faire certains rapprochements entre cette rumeur de scandale qui plane depuis longtemps et cette populaire série télé.

"Joueur de hockey vedette de Montréal, policière enceinte et clause de confidentialité assortie d'un gros chèque, Luc Dionne a remis District 31 au coeur de toutes les conversations! #numérologie"