Martin St. Louis défend Darryl Sutter et son geste à l'endroit de Jakob Pelletier

Voyez les détails!

Marco Normandin

Ce weekend, l'attaquant Québecois Jakob Pelletier disputait son tout premier match dans la LNH, presque deux semaines après avoir été rappelé du club école des Flames de Calgary. 

Régulièrement questionné par les journalistes couvrant les activités de l'équipe à savoir quand le choix de première ronde des Flames intégrerait son alignement, l'entraîneur-chef Darryl Sutter semblait irrité par la situation.

Puis, samedi dernier, il a enfin eu sa chance.

Mais après la rencontre, lorsqu'un journaliste a demandé en point de presse à Sutter ce qu'il avait pensé de son jeune joueur, ce dernier a feint de ne pas savoir qui il était, demandant même au journaliste quel était son numéro de chandail pour retrouver ses statistiques sur la feuille de pointage.

Après avoir lu froidement ses statistiques en donnant l'impression qu'il ne l'avait pas vraiment vu dans le match, Sutter a ajouté qu'à 21 ans il était encore loin d'être un régulier dans la LNH.

Bref, la presque totalité de la communauté hockey à travers la ligue a dénoncé ce geste totalement inutile de la part du vétéran entraîneur-chef.

Mais aujourd'hui, l'entraîneur-chef Martin St. Louis qui le connait très bien, a tenu un discours bien différent et est allé à contre-sens de l'opinion générale.

En point de presse ce midi, un journaliste lui a demandé de commenter la situation.

Lui qui généralement refuse de se mouiller sur ce genre de controverses, voici ce qu'il avait à dire sur le sujet.

"C'est pas la première fois que Darryl Sutter fait des commentaires comme ça. J'suis pas surpris. Moi je pense pas qu'il y a de la méchanceté là-dedans. Faut que tu le connaisses, parce que c'est un bon monsieur."

- Martin St. Louis

S'agissait-il d'un commentaire qui manquait de respect envers un jeune joueur ou simplement un entraîneur-chef de la vieille école qui enseigne à la dure?

Voyez au bas le point de presse de Martin St. Louis dans son intégralité.