Marc Bergevin mérite maintenant qu'on le laisse tranquille!

Êtes-vous d'accord avec lui?

Publié le par Marco Normandin dans Canadiens
Partager sur Facebook
123 123 Partages

Nombreux étaient ceux, autant les fans que les analystes, qui doutaient de l'édition 2018-19 du Canadien avant que ne débute la saison.

Après un autre été décevant selon les dires de plusieurs, les chances de voir le CH se qualifier pour les séries éliminatoires cette saison étaient pratiquement nulles. Pourtant, la troupe de Claude Julien connait un début de saison bien au-delà des espérances et le rêve de participer aux séries est bel et bien en vie.

Après avoir été la tête de turc et la cible de tous durant toute la dernière saison et une partie de l'été, le DG Marc Bergevin a prouvé qu'il avait les deux mains sur le guidon de l'équipe et savait où il s'en allait, lui qui a la ferme intention de mener son plan à bon port.

L'un de ceux qui l'ont critiqué, l'analyste Bertrand Raymond de RDS, a fait aujourd'hui dans sa plus récente chronique, son mea culpa envers Bergevin et l'équipe qu'il a bâti.

"On a tous souri quand le directeur général a plutôt parlé de reset que de reconstruction en s’appuyant sur le fait qu’une équipe jouissant d’un atout de la stature de Carey Price ne pouvait pas se permettre de tout effacer et recommencer. De toute évidence, la reconstruction a été évitée. Au lieu de donner l’impression de tuer le temps comme ils l’ont fait la saison dernière, les joueurs semblent apprécier les changements apportés qui leur donnent aujourd’hui une chance réelle de gravir quelques échelons plus rapidement que prévu. On dit bravo à Bergevin, même si le Canadien est loin d’être sorti de l’auberge. Une bonne partie du public et les médias en général s’accordent un certain temps avant de passer l’éponge sur ce qu’ils ont vécu depuis deux ans. C’est normal qu’il y ait des sceptiques. La clientèle du Canadien, dont les critiques étaient pleinement justifiées, a trop souffert pour qu’elle érige aujourd’hui une statue à Bergevin. Mais parions qu’il respire mieux depuis quelques semaines. Cette période d’accalmie est méritée. Bergevin a probablement fait des pas de géant dans l’estime d’un propriétaire déçu et inquiet. Il lui a fait la démonstration, en dépit des insuccès des deux dernières années, qu’il est toujours l’homme de la situation. Bergevin, qu’on le veuille ou non, est en train de s’acheter du temps, peut-être pour quelques saisons de plus, qui sait? Quand Geoff Molson a lancé très fermement dans un point de presse télévisé à la grandeur du Québec que le statu quo ne serait pas acceptable de sa part, le message s’est visiblement bien rendu à Bergevin et Julien. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais les deux principales têtes de hockey de l’organisation semblent nettement plus à leurs affaires. Bergevin a changé la face de l’équipe tandis que Julien ne ménage pas les décisions courageuses. Il décide et il tranche, même quand ça fait mal. Soudainement, l’équipe passe avant l’ego de chacun. Les décisions qui sont prises sont plus aiguisées, plus dynamiques. Les joueurs s’offrent habituellement moins de liberté quand ils sentent les patrons très en contrôle. Ça donne ce qu’on voit en ce moment. En souhaitant que ça dure."

Force est d'admettre qu'il avait bel et bien mis le doigt sur le bobo à la fin de la saison dernière lorsqu'il disait que c'est l'attitude de l'équipe qui devait changer pour connaître du succès.

Êtes-vous de ceux qui ont également fait leur mea culpa

Vous pouvez lire ici sa chronique dans son intégralité

Partager sur Facebook
123 123 Partages

Source: RDS