article

Les mauvaises habitudes des Canadiens resurgissent

C'est la dégringolade!

Partager sur Facebook

Il n'y a pas de doute là dessus, les Canadiens de Montréal jouent mieux que par les années passées en ce début de saison. Petit bémol: une statistique importante révèle que cette situation encourageante pourrait ne pas durer bien longtemps.

Le début de saison que connaissent présentement les Canadiens est à la hauteur des attentes sinon mieux. Une des différences clés entre le jeu des Canadiens cette saison et leur jeu par les quelques saisons passées est leur performance en avantage numérique.

Le pourcentage d'efficacité en avantage numérique pour le tricolore à date cette saison est d'un très respectable 20%. Tout une amélioration par rapport à la saison passée. Les Canadiens avaient le 30e avantage numérique de la LNH au niveau du rendement en 2018-19 avec un pourcentage d'efficacité de 13,2%. C'est une des raisons pourquoi le CH a éprouvé des difficultés par le passé.

Cela étant dit, le rendement de 20% des Canadiens en avantage numérique ne donne pas toute l'histoire. Tel que le relève Patrick Friolet du Réseau des sports, le Club a marqué 9 buts en 33 occasions en avantage numérique au cours des 9 premiers matchs de la saison, bon pour un rendement de 27,3%. Depuis, Montréal n'a trouvé le fond du filet qu'une seul fois en supériorité, soit lors de 5,9% des 17 occasions dans les 7 derniers matchs.

Ce n'est pas bon signe pour les Canadiens. Bien que l'attaque à 5 fonctionne bien présentement, la quasi-totalité des buts des Canadiens marqués lors des quelques derniers matchs provenaient des défenseurs. Si l'avantage numérique cesse de fonctionner, le CH éprouvera sans doute beaucoup de difficulté à remporter des matchs régulièrement.

De plus, les Canadiens de Montréal ont rarement été aussi mauvais en désavantage numérique. Avec un rendement de 72,5% en pareille situation, le tricolore figure au 28e rang de la ligue nationale à ce chapitre. S'il fallait que l'avantage numérique cesse de fonctionner en plus, les Canadiens seraient bel et bien dans le pétrin.

Pour avoir un bilan positif en ce qui concerne les unités spéciales, il faut généralement que la somme du pourcentage d'efficacité en avantage numérique et du pourcentage d'efficacité en désavantage soit égale à plus de 100%. Ceci assure donc que l'équipe a plus de chance de marquer lorsque son adversaire est puni que de conceder un but lorsqu'elle est elle-même pénalisée.

Les Canadiens, eux, sont présentement en deçà de la somme de 100% avec une somme des rendements de 92,5%. Si la tendance se maintient en ce qui concerne l'avantage numérique, cet écart pourrait s'accroître significativement. Il est grand temps que quelque chose soit fait en ce qui concerne les unités spéciales des Canadiens.