article

Le malaise était palpable lors de la photo d'équipe du Canadien

Ça n'augure pas bien pour la suite!

Partager sur Facebook

En plus d'avoir un début de saison catastrophique avec quatre défaites consécutives dont deux contre des équipes en reconstruction qu'il aurait dû battre avec un minimum d'effort, les choses ne tournent pas plus rondement au sein de la direction du Canadien en ce moment.

Avec un DG qui écoule présentement la dernière année de son contrat, chose qui n'arrive à peu près jamais dans le hockey et particulièrement dans un gros marché comme Montréal, Geoff Molson refuse toute entrevue ou commentaire sur la situation. De son côté, Marc Bergevin se contente de dire publiquement qu'il honorera son contrat jusqu'à la fin de celui-ci et verra la suite des choses. 

Évidemment, les rumeurs vont bon train sur ce qui se trame à Montréal.

Mais qu'en est-il de la relation entre Bergevin et Molson?

Selon plusieurs observateurs, le malaise était palpable en début de semaine lors de la photo d'équipe annuelle alors que tous les joueurs ainsi que la direction se retrouvaient pour prendre la pose.

Tel que le rapporte le journaliste Marc de Foy dans une récente chronique du Journal de Montréal, Bergevin n'a interagi avec personne, surtout pas son patron Geoff Molson, et après la photo s'est contenté d'aller se changer pour s'isoler dans les hauteurs du Centre Bell.

"Geoff Molson, que l’on a vu et entendu publiquement pour la première fois depuis longtemps avant le match d’ouverture locale samedi, et Marc Bergevin figuraient comme d’habitude dans la première rangée. Le directeur général n’était là que de corps, toutefois. Notre photographe Chantal Poirier ne l’a vu interagir avec personne pendant tout le temps qu’elle a mitraillé la scène avec son appareil. Après la séance photo, Bergevin est allé retirer son complet pour enfiler des vêtements décontractés. Il s’est ensuite installé dans la dernière rangée des loges pour observer la séance d’entraînement. Le vice-président aux affaires publiques et aux communications, Paul Wilson, l’y a rejoint à un moment donné. Mais Bergevin passait plus de temps à regarder l’exercice et à vérifier les messages sur son téléphone."- Marc de Foy

On peut d'ailleurs comprendre Bergevin dans les circonstances.

Une telle ambiance qui règne au-dessus de l'équipe ne peut qu'être néfaste pour tout le monde. Difficile de croire qu'elle ne se réflète pas sur le reste des joueurs qui, on l'a vu à plusieurs reprises, semblent proches de leur DG qui devient émotif lorsqu'il parle de certains.

Cette situation ne pourra pas s'éterniser toute la saison et une décision devra être prise. Le statut quo pourrait vite devenir toxique et invivable.