La direction du Canadien a-t-elle fait une grave erreur?

Voyez les détails!

Marco Normandin

Lors de la dernière séance de repêchage de la LNH qui se déroulait à Montréal, le Canadien avait le tout premier choix.

On raconte que, jusqu'à la dernière semaine précédent le repêchage, la direction de l'équipe hésitait entre trois joueurs pour sa sélection: Juraj Slafkovsky, Shane Wright et Logan Cooley.

C'est finalement sur Slafkovsky que s'est arrêté le choix du CH alors que Cooley est allé en Arizona au troisième rang et Wright à Seattle au quatrième rang.

Déjà, plusieurs analystes se sont prononcés en affirmant que Slafkovsky aura besoin de plusieurs années avant de s'établir comme un joueur efficace dans la LNH et qu'il ne sera jamais un joueur étoile.

Mais un peu plus de six mois après le repêchage, que disent les statistiques avancées sur le choix du CH?

Le journaliste Alexandre Pratt de La Presse s'est penché sur le sujet en consultant un modèle qui a fait ses preuves, celui de Byron Bader, du site Hockey Prospecting.

En gros, ce modèle prédit, à l'aide des comparables pertinents, les chances qu'un espoir a de devenir un joueur étoile dans la LNH.

Voici le classement en ce jour des sept premiers choix du repêchage.

  • 1. Juraj Slafkovsky (Canadiens) - 5%
  • 2. Simon Nemec (Devils) - 49%
  • 3. Logan Cooley (Coyotes) - 78%
  • 4. Shane Wright (Kraken) - 56%
  • 5. Cutter Gauthier (Flyers) - 26%
  • 6. David Jiricek (Blue Jackets) - 30%
  • 7. Kevin Korchinski (Blackhawks) - 77%

Des chiffres qui pourraient faire regretter le choix du Canadien, surtout lorsque l'on voit la marge entre Slafkovsky et tous les autres sélectionnés derrière lui.

Par contre, dans ce même repêchage, le CH a mis la main sur deux jeunes qui ont à ce jour un plus beau potentiel de joueur étoile que Slafkovsky selon ce même modèle: L'attaquant Filip Mesar (26e total) est à 25% alors que le défenseur Lane Hutson (62e total) est pour sa part à 72%. Pour ce qui est de Owen Beck (33e total), il se situe à 5%.

Bien sûr, il faut comprendre que même s'il ne devient pas une star, Slafkovsky peut tout de même devenir un joueur efficace dans la LNH, lui qui possède des attributs physiques pour le moins impressionnants. Mais avec le recul, peut-être la direction de l'équipe ferait les choses différemment aujourd'hui.

Présentement blessé pour le reste de la saison, espérons que son développement ne sera affecté pour la suite.