Guy Lafleur au coeur d'une affaire bizarre impliquant du cannabis!

La légende du Canadien n'a AUCUNE idée comment il a pu être mêlé à ça!

Publié le par Vincent Gagnon dans Canadiens
Partager sur Facebook
46 46 Partages

Depuis la fin de sa carrière de hockeyeur professionnel, Guy Lafleur n'hésite jamais à donner son opinion sur certains sujets chauds qui touchent autant au Canadien de Montréal qu'à l'actualité en général. Mais cette fois, le Démon blond se retrouve au cœur d'une situation inusitée dont il ne peut expliquer la cause.

Comme nous pouvons le lire dans les pages du Journal de Montréal, le nom de Guy Lafleur a été associé à un méga projet d'usine de production de cannabis dans les Cantons-de-l'Est.

La compagnie MYM Nutraceuticals de Vancouver, ainsi que sa filiale québécoise CannaCanada, a inclus le nom de Lafleur dans un communiqué de presse visant à faire la promotion d'un projet évalué à 200 millions de dollars pour une raison qui demeure inconnue.

Selon le JdM, on peut lire dans le communiqué que "Yann Lafleur, président de CannaCanada Inc., est le neveu de la superstar de hockey canadienne Guy Lafleur». Ce qui est tout à fait faux, selon ce dernier. Il ne comprend d'ailleurs pas pourquoi l'entreprise a tenté de faire un lien avec lui sans son consentement:

Je ne connais pas de Yann Lafleur. Il n’est pas de ma famille, je vous le dis. Je ne sais pas ce que mon nom fait là. C’est ridicule que quelqu’un utilise mon nom. [...] Le gouvernement légalise le pot pour les revenus, a-t-il répété hier. C’est la seule raison. Ça représentera des milliards en profits chaque année. Ça coûtera aussi des milliards en frais médicaux. D’un autre côté, c’est donc un peu échanger quatre vingt-cinq sous pour un dollar.»

On se souvient que le fils de Guy Lafleur, Mark, a eu plusieurs problèmes avec la justice en raison de sa consommation de drogue. Ce n'est donc pas une surprise de savoir que l'ancienne vedette du Canadien est complètement opposée à la légalisation de la marijuana. 

Selon le Journal de Montréal, il affirme que son fils "a commencé avec le pot et a fini avec les drogues dures," ce qui peut expliquer sa position bien définie. Il était donc important pour lui de faire une mise au point sur ce dossier.

Partager sur Facebook
46 46 Partages

Source: Journal de Montréal
Crédit Photo: André Tremblay (La Presse)