article

Georges Laraque dévoile des infos intéressantes sur l'arbitrage et la culture du hockey

Il ne semblait pas trop surpris

Partager sur Facebook

L'ancien joueur de la LNH et populaire animateur Georges Laraque est revenu plus tôt aujourd'hui sur les ondes du 91,9 sports sur le congédiement de l'arbitre Tim Peel, qui s'est fait prendre à micro ouvert et a dit clairement en direct à la télévision :

- "Ce n'était pas grand chose, mais je voulais donner une pénalité contre Nashville tôt dans la..." et le son coupe.

Le commentaire exact en anglais est :

- "It wasn't much but I wanted to get a fuckin' penalty against Nashville early in the..."

Laraque mentionne que c'est connu que les appels des arbitres peuvent varier d'un joueur à l'autre et même, d'un arbitre à l'autre dépendamment de la réputation des personnes concernées.

- "Ça fait partie de la culture du hockey" dit-il.

Georges mentionne que, notamment en fin de match quand une équipe tire de l'arrière et enlève son gardien, l'arbitrage change pour "ne pas contrôler le match et dicter l'allure d'une rencontre", même chose quand un match est serré comparativement à un match moins serré.

Il nous confirme qu'une équipe en désavantage numérique ou une équipe qui effectivement est en quête d'un but égalisateur en fin de match, aura une laisse beaucoup beaucoup plus longue avant de recevoir une pénalité.

- "Je ne vois pas comment la situation avec Tim Peel va changer quoi que ce soit au niveau de l'arbitrage, la seule différence est qu'ils vont maintenant faire davantage attention à ce qu'ils disent."

C'est une situation majeure, qui pourrait aider les partisans à comprendre comment les arbitres fonctionnent et oui, Tim Peel s'est fait prendre, mais il ne faut pas penser que c'est un cas nécessairement isolé.

Stéphane "Gonzo" Gonzalez a insisté sur la frustration qui vient avec l'inconstance des appels, mais Georges a mentionné que ce qu'ils font pour "égaliser" les matchs et "égaliser" le nombre de pénalités décernées aux deux équipes qui s'affrontent, ça fait partie de la culture du hockey et c'est là pour rester, selon Laraque.

Ce n'est pas un hasard que les pénalités ont été réparties pratiquement de façon égales entre les équipes à la maison et les équipes visiteurs depuis le début de la saison. (2.9 locaux vs 3.1 visiteurs)

Une discussion vraiment intéressante, que vous pouvez retrouver de façon intégrale juste ici :