article

Au bord des larmes, Mark Scheifele affirme que sa famille est victime de menaces

La situation va trop loin!

Partager sur Facebook

Au lendemain de la décision de la LNH de le suspendre pour les 4 prochains matchs en raison de son geste dangereux à l'endroit de l'attaquant Jake Evans du Canadien de Montréal, l'attaquant Mark Scheifele des Jets de Winnipeg a décidé de briser le silence et s'adresser aux médias ce midi.

Lors de son point de presse, le joueur étoile a affirmé n'avoir eu aucune intention de blesser son adversaire sur le jeu et seulement tenter d'empêcher un but, ajoutant qu'il n'est pas ce type de joueur et qu'il espérait que Evans se remette sur pied le plus vite possible.

Il a aussi indiqué qu'il trouvait excessive la décision de la ligue à son endroit mais qu'il n'avait cependant pas l'intention d'en faire appel, ne voulant pas devenir une distraction pour son équipe. Il affirme avoir eu aussi une bonne discussion avec Brendan Gallagher, qu'il connait bien.

"Premièrement, je souhaite un prompt rétablissement à Jake Evans et qu’il revienne au jeu (...) mon objectif était d’empêcher un but. Je prie pour lui. J’étais sous le choc après l’incident. Tout ce que je voulais était d’empêcher un but. Ça me fait mal parce que j’ai du respect pour les joueurs adverses, mes coéquipiers et la ligue. J’ai parlé avec Gallagher. C’est un bon ami. Il me connaît. Nous avons eu une bonne conversation. Je pense que la majorité sait qui je suis profondément et que je suis un personne de coeur."- Mark Scheifele

Le joueur des Jets affirme aussi avoir reçu de nombreuses insultes et menaces depuis l'incident. Il dit même que ses parents, son frère et sa soeur ont même reçu des menaces par écrit et par téléphone, soulignant avec émotion que tout ça va trop loin.

"Je peux accepter la sanction de la LNH et la responsabilité de mon geste. Ça fait partie de mon métier. Mais la haine, les menaces et le bullying que ma famille a dû endurer, c'est complètement inacceptable. Moi je peux gérer tout ça mais de mêler ma famille dans cette histoire, ça me fait vraiment mal."- Mark Scheifele

Voyez au bas le point de presse en question dans son intégralité qui débute à la 35e minute de la vidéo.