Camille Estephan s'en prend à l'adversaire de Simon Kean

Voyez les détails!

Philippe Chênevert

Hier, tard en soirée, nous vous rapportions que l'adversaire de Simon Kean, Newfel Ouatah, venait de déposer un genou au sol dès le début du combat présenté au Casino de Montréal, afin de ne pas affronter le québécois. 

Par défaut, en l'absence de combat, Simon Kean s'est donc vu officiellement décerner la victoire par arrêt de l'arbitre à 15 secondes du premier ronde.

Rassemblés sur place, les amateurs ont été dégoûtés de la scène et ont évidemment manifesté bruyamment leur mécontentement ; eux qui se sont sentis floués par le boxeur français.

Malgré l'intervention du promoteur d'Eye of the Tiger Management (EOTTM), Camille Estephan, afin d'en apprendre davantage sur ce qui venait de se produire, ce dernier n'a pas été en mesure de comprendre clairement les raisons derrière le coup d'éclat de Ouatah.

"Il n'avait pas envie de se battre ce soir après avoir reçu un courriel de la Fédération française par rapport à son assurance. Il n'était pas assuré s'il montait dans le ring ce soir. Pourtant, nous avons des assurances pour ça! Quand je lui ai dit ça, il n'avait pas de réponse. Il était gêné..."

- Camille Estephan, EOTTM

Après avoir expliqué brièvement aux médias ce qu'il avait compris de l'explication du français, Estephan ne s'est pas gêné pour livrer le fond de sa pensée. 

"C'est l'excuse d'un jaune! Ce sont des choses qui ne se font pas. Le combat était télédiffusé en direct chez lui, en France. Ça va le suivre pour le reste de sa vie. Je n'ai pas l'intention de le payer."

- Camille Estephan, EOTTM

Pour sa part, Simon Kean semblait très amer et avait de la difficulté à accepter la situation. 

"J'ai la paie, mais je m'en fou pour être honnête. Pour le progrès de ma carrière, c'est vraiment très mauvais, parce qu'au final, je n'ai pas progressé. Je n'ai rien appris. C'est vraiment un manque de respect. Je ne veux rien savoir de ses explications. Cela dit, je risque d'être dans les bloopers pendant longtemps!"

- Simon Kean, EOTTM

Bref, un "combat" qui ne marquera pas l'Histoire, mais qui restera dans les annales de la boxe québécoise.