Peter Worrell fait de troublantes révélations sur sa carrière!

De quoi avoir honte au nom des amateurs de hockey!

Publié le par Marco Normandin dans Autres Ligues
Partager sur Facebook
90 90 Partages

Nous sommes en 2018 et même si l'on se plait à croire que le monde en général a évolué, force est d'admettre que le racisme, aussi inacceptable soit-il, est toujours aussi présent tant dans la société en général que dans le sport.

L'ex-hockeyeur Peter Worrell qui a disputé 391 matchs dans la LNH avec les Panthers de la Floride et l'Avalanche du Colorado de 1997 à 2004 a accepté de raconter à la plateforme Podium de Radio-Canada Sports (l'équivalent francophone de The Player's Tribune) un épisode de racisme particulièrement douloureux qu'il a eu à subir alors qu'il évoluait pour les Olympiques de Hull dans la LHJMQ alors qu'il n'avait que 17 ans. L'incident qui selon lui l'a le plus marqué de toute sa vie.

Durant un match de séries éliminatoires face aux Harfangs à Beauport, un homme dans les estrades a passé tout le match à lui lancer des injures racistes à l'aide d'un mégaphone, sans que personne n'intervienne. Du bout du banc, Worrell a dû encaisser tout le match, sans broncher.

"Le gars tenait un mégaphone. À partir de son siège dans les gradins de l’Aréna Marcel-Bédard de Beauport, il s’était mis sur mon cas et se déchaînait contre moi. Ses insultes ne portaient ni sur mes habiletés de joueur de hockey ni sur mon style de jeu. Ses cris ne portaient que sur la couleur de ma peau. Du début à la fin du match. Sans arrêt. « Coach, tu as 19 "jaunes" et 1 nègre sur ton banc! » « Africa sucks! » « Hé, le singe! » Assis sur le banc de mon équipe, les Olympiques de Hull, je puisais tout ce que j’avais de force en moi pour demeurer impassible, pour que rien de ma peine, de ma frustration, de ma colère ne paraisse sur mon visage. Je voulais honorer ce que m’avaient toujours enseigné mes parents, dans notre maison familiale de Pierrefonds : ne donne jamais d’air à un lâche, ne lui permets pas de respirer, de vivre. Si tu agis comme il veut que tu le fasses, tu justifies son propos. Sois fier de qui tu es. Ne laisse personne te marcher dessus. Ne laisse pas un faible t’affaiblir."

Incroyable que l'on puisse faire subir un tel traitement à un jeune. De quoi avoir honte au nom de tous les amateurs de hockey. Worrell affirme que l'entraîneur-adjoint de l'équipe à l'époque, Claude Julien, a été un de ceux qui l'a aidé à passer au travers ce malheureux événement:

"Je me souviens du moment où, sur la patinoire à l’entraînement du lendemain, Claude Julien, qui était entraîneur adjoint, m’a pris à l’écart. Il m’a demandé comment j’allais, comment je me sentais après tout ça. Il m’a aussi dit à quel point ça l’avait lui-même atteint. Mieux, il ne m’a pas servi la vieille formule du : « je sais comment tu te sens ». Il savait qu’il ne pouvait pas vraiment savoir. Mais il savait que son joueur avait mal. Alors, il m’a permis de dire ce que j’avais à dire, et m’a donné quelques conseils pour m’aider à canaliser mes émotions."

Espérons que ce texte à la fois extrêmement intéressant et touchant saura faire réfléchir à comment on traite les gens de différentes origines ou couleur de peau qui nous entoure.

Vous pouvez lire ici dans son intégralité le texte en question.

Partager sur Facebook
90 90 Partages