article

La troupe de Joël Bouchard atteint finalement un de ses objectifs

Le message semble avoir été compris.

Partager sur Facebook

Nous voilà à 12 matchs joués dans la troisième saison du Rocket de la Laval depuis sa création et son affiliation aux Canadiens de Montréal. Dans sa jeune histoire, l'équipe a connu deux saisons de misère. 

Cette saison, le club école du tricolore atteint finalement un objectif important  qu'on prend souvent pour acquis. Avec une victoire de 4-1 face au Wolfpack de Hartford, la meilleure équipe de la ligue américaine, le Rocket de Laval atteint pour la première fois la barre du .500, c'est-à-dire, un nombre de victoires égale ou supérieure au nombre de défaites au cours d'une saison.

La barre du .500 est un objectif psychologique auquel on fait souvent référence dans les sports. Il s'agit de la façon la plus fréquemment utilisée pour déterminer si une équipe est gagnante ou perdante. Voilà finalement que l'entraîneur du Rocket, Joël Bouchard et son équipe peuvent se considérer comme une équipe gagnante.

Et c'est tant mieux pour Bouchard. Ce dernier est respecté et apprécié par les fans et les médias pour son approche moderne et honnête. Plusieurs le voient comme un élément clé du développement des espoirs des Canadiens.

Les attentes étaient élevées d'entrée de jeu pour Bouchard cette année. Il a sous la main une équipe expérimentée, profonde et indéniablement meilleure que celle qu'il dirigeait à sa première saison à la barre du Rocket l'année passée. Selon toute logique, il semble que l'emploi de Joël Bouchard avec l'organisation des Canadiens aurait été en danger si ce dernier n'obtenait pas de succès à Laval cette année.

Heureusement pour tous, les méthodes de l'entraîneur du Rocket commencent à porter leurs fruits. Laval a présentement une fiche de 6 victoires, 5 défaites en temps réglementaire et une défaite en temps supplémentaire, bon pour un pourcentage de victoires de 0,542.

Une des clés du succès pour le Rocket est son efficacité incroyable en désavantage numérique. L'équipe de Joêl Bouchard n'a accordé un seul but cette saison en pareille situation. Ils trônent loin devant les autres au premier rang de la LAH à ce chapitre avec un pourcentage d'efficacité en infériorité numérique de 97,4%.

Une autre des raisons du succès du Rocket est l'excellent travail du gardien recrue Cayden Primeau qui a une fiche de 4 victoires et deux défaites en maintenant une moyenne de buts alloués pas match de 1,80, ainsi qu'un pourcentage d'efficacité de 0,941 sur les tirs de ses adversaires.

Tout n'est cependant pas parfait à Laval. Les performances de certains joueurs en sont bien en deçà des attentes. On pense notamment à Charles Hudon qui vient d'obtenir son premier point en 6 matchs, ainsi qu'à Phil Varone et Riley barber, nouvelles acquisitions qui ont dominé dans la LAH l'année passée et qui éprouvent beaucoup de difficultés à Laval.

Le Rocket devra continuer de s'améliorer cette saison. La tâche n'est pas mince. Ces derniers feront à nouveau face au Wolfpack de Hartford cette semaine avant de recevoir les Marlies de Toronto, champions de la coupe Calder, à la Place Bell.