article

Sean Avery et John Scott se prononcent sur le dossier Tom Wilson

Pardon ?

Partager sur Facebook

Les deux hommes-forts bien connus John Scott et Sean Avery, des anciens de la LNH, se sont prononcés au cours des dernières heures sur les récents événements entourant le dossier Tom Wilson :

John Scott :

"Je viens vous parler de Tom Wilson, à quel point c'était un coup de peureux et de faible de sa part ce qu'il a fait à Panarin. Et le coup sur Buchnevich alors que ce dernier était sans défenses au sol en position vulnérable. C'est du hockey de faible et de salaud. J'avais du respect pour Tom Wilson, il est physique, il frappe, j'aimais ça de lui, mais je pense que cette fois il a vraiment dépassé les bornes."

"Je viens de voir la sanction. 5000$ ? Qu'est-ce qui se passe avec la LNH ? George Parros l'a échappé solide, solide. Il n'y a aucune excuse pour ça. C'est complètement fou pour moi qu'il s'en tire avec une amende de 5000$. Cette sanction est une blague, il est un multi-récidiviste. On aime ce type de hockey, mais ce que Tom a fait c'était grave. Je ne sais pas si George veut que Washington gagne la Coupe ou je ne sais pas ? Je suis sans mots."

"Si j'étais encore dans la ligue et que je vois un joueur étoile dans une mêlée, je sais que je peux faire n'importe quoi et que je peux frapper à volonté parce que je saurais que dans le pire des cas, je m'en tire avec une amende de 5000$. Je ne vois pas quelqu'un faire quelque chose de pire que ce que Wilson a fait. Shame on you, NHL !"

Sean Avery :

" Tom Wilson. Premièrement, j'aimerais avoir une machine à revenir dans le temps pour m'en mêler. Je n'attaquerais pas Wilson, je dégagerais la rondelle pour forcer son gardien à sortir jouer la puck et je détruirais son gardien comme un putain de bulldozer. Je le frapperais tellement fort que ça enverrait un message à Wilson et pour faire comprendre aux Capitals de Washington qu'il y a des conséquences quand tu t'en prends à mon meilleur joueur."

"Je n'attendrais pas que George Parros passe un message, je m'en occuperais moi-même et la prochaine fois, Tom Wilson va y penser par deux fois avant de s'en prendre à un joueur étoile de mon équipe comme Panarin ou Mika ou Lafrenière."