article

Les Blues de... la Saskatchewan?!

Ils n'ont d'ailleurs pas participé au repêchage pour cette raison!

Partager sur Facebook

Le scénario d'une division canadienne semble de plus en plus probable comme nous vous le rapportions la semaine dernière. Celle-ci comprendrait sept équipes, soit les Canucks de Vancouver, les Oilers d'Edmonton, les Flames de Calgary, les Jets de Winnipeg, les Maple Leafs de Toronto, les Sénateurs d'Ottawa et le Canadien de Montréal.

Toutefois, si l'histoire s'était déroulée différemment, cette division pourrait en contenir une huitième. Les Nordiques? Oui, c'est vrai aussi, mais ce n'est pas de cette équipe qu'il sera question ici. Il s'agit en fait des Blues de St-Louis qui sont passés bien près de devenir les Blues de Saskatoon en 1983!

Le cas est classique: une concession non rentable, en l'occurrence, les Blues du début des années 80, un propriétaire tanné de perdre de l'argent et un sauveur prêt à acheter l'équipe. Ce dernier a pour nom William Hunter, dit "Wild Bill", qui a entre autres fondé la Western Hockey League (WHL) et les Oilers d'Edmonton dans l'Association Mondiale de Hockey (AMH). Wild Bill achèterait l'équipe à une condition: il veut la déménager dans sa ville natale de Saskatoon, en Saskatchewan.

L'homme d'affaires est préparé: des plans pour un aréna sont conçus, de la marchandise à l'effigie des Blues de Saskatoon est fabriquée, 18 000 partisans promettent d'acheter des abonnements de saison, et il approche même Don Cherry pour devenir le nouvel entraîneur de l'équipe!

Malheureusement pour Wild Bill, le bureau des gouverneurs de la LNH s'oppose au transfert à 15 contre 3 au chapitre des votes le 18 mai 1983. Son rôle dans la fondation de l'AMH, qui était la ligue rivale à la LNH durant les années 70, et la crainte de voir une équipe s'établir dans un petit marché comme Saskatoon sont les deux raisons principales évoquées pour expliquer cette décision.

Les conséquences sont pour le moins particulières: le propriétaire des Blues est en furie et décide de remettre la concession entre les mains de la ligue et ferme carrément boutique. La situation n'étant toujours pas réglée le 8 juin 1983, jour du repêchage de la LNH, les Blues passent leur tour et ne repêchent aucun joueur! L'équipe a heureusement déjà monnayé ses deux premiers choix dans des transactions. Quelques gros noms ont toutefois été appelés après la troisième ronde comme Brian BradleyEsa Tikkanen et même un certain Dominik Hasek. Intéressaient-ils le personnel du département hockey des Blues?

Finalement, au mois de juillet 1983, un groupe d'hommes d'affaires de la Californie se réunit pour acheter les Blues et décide de les garder à St-Louis. 

Qui sait ce qui se serait produit si le plan de Wild Bill s'était concrétisé? Est-ce que les Blues de Saskatoon auraient ramené la coupe Stanley au Canada en 2019? Est-ce qu'on aurait des cartes de hockey de Dominik Hasek dans l'uniforme des Blues? Ou même, est-ce que Don Cherry aurait connu une seconde carrière fructueuse comme entraîneur-chef, et si oui, est-ce qu'elle l'aurait privé de devenir analyste ainsi que carte de mode à la soirée du hockey anglophone? Le moins que l'on puisse dire est que ces scénarios sont plutôt bizarres à imaginer!