Carey Price a failli ne jamais appartenir au Canadien!

Un repêchage qui aurait pu tourner au cauchemar!

Publié le par Marco Normandin dans Canadiens
Partager sur Facebook
197 197 Partages

Hier soir, grâce à une belle victoire de 3 à 1 au Centre Bell face aux Red Wings de Detroit, Carey Price est devenu le gardien avec le plus de victoires dans toute l'histoire du Canadien de Montréal avec 315. Un record qu'il continuera de gonfler et qui ne sera vraisemblablement jamais battu.

Mais Carey Price est passé bien près de ne jamais appartenir au Canadien.

Dans un fantastique article du journaliste Eric Engels de Sportsnet, on peut y apprendre que trois facteurs clés ont fait en sorte que Price atterrisse à Montréal. Les voici:

1. Suite au lockout de la LNH qui avait annulé toute la saison, une loterie impliquant les 30 équipes avait eu lieu pour déterminer les rangs pour le repêchage de 2005 étant donné qu'il n'y avait pas de classement auquel se fier. Les équipes qui avaient raté les séries lors des trois saison précédentes et n'avaient pas sélectionné 1er total depuis (Sabres, Blue Jackets, Rangers et Penguins) étaient avantagées avec 3 boules chacune. Les Ducks, Thrashers, Flames, Hurricanes, Blackhawks, Oilers, Kings, Wild, Predators et Coyotes avaient chacune 2 boules dans le tirage. Puis, le reste des équipes, dont le Canadien, n'avaient qu'une seule boule. La chance a sourit au CH qui a été tiré au 5e rang total, leur garantissant une place de choix au repêchage.

2. Selon leur DG de l'époque, Brian Burke, les Ducks d'Anaheim, qui repêchaient 2e total, avaient l'attaquant Bobby Ryan au haut de leur liste mais croyaient pouvoir échanger leur choix et descendre jusqu'au 4e rang pour le sélectionner plus loin. Par contre, Doug Risebrough (DG du Wild à l'époque), a affirmé qu'il aurait volé Ryan aux Ducks s'ils avaient mis leur plan à exécution. Qu'auraient fait les Ducks s'ils étaient descendus et s'étaient fait voler Ryan? Voici la réponse de Burke:

"Si nous avions descendu au 4e rang et avions perdu Bobby Ryan, nous aurions fort probablement repêché Carey Price. Selon nos recruteurs, il était le meilleur gardien disponible depuis les 10 dernières années. Il y avait consensus pour dire qu'il était de loin le meilleur gardien disponible à ce repêchage."

3. Le choix initial du Canadien au numéro 5 n'était pas Carey Price. De l'aveu même du DG de l'époque, Bob Gainey, le joueur que la direction du CH avait au sommet de leur liste était l'attaquant Benoit Pouliot et il était même prêt à s'avancer au repêchage pour le sélectionner. Heureusement pour les partisans de l'équipe, le Wild du Minnesota avec le 4e choix total a volé Pouliot au Canadien, forçant ainsi Gainey à se rabattre sur Price, le deuxième nom sur sa liste.

"Notre cible était Benoit Pouliot. C'est le joueur que nous espérions soit disponible à notre tour. Nous étions conscients qu'il y avait des chances que ça ne se produise pas mais s'il n'avait pas été sélectionné par le Wild, il aurait été notre choix."- Bob Gainey
"J'ai vu beaucoup de matchs de Benoit Pouliot cette année-là. Bon physique avec un immense potentiel. Bon patineur avec de bonnes mains et un bon lancer. Il semblait être une future star."- Trevor Timmins

On se souviendra d'ailleurs que la direction du Canadien avait été très critiquée pour le choix d'un gardien alors que l'équipe était déjà bien nanti à cette position (José Théodore, Cristobal Huet, Jaroslav Halak, Yann Danis) et qu'un joueur de centre, Gilbert Brule, était aussi disponible et avait dominé les rangs juniors l'année précédente. Il fût sélectionné au 6e rang par les Blue Jackets de Columbus et fût un flop, marquant seulement 43 buts en 8 saisons dans la LNH. 

À la lumière de ces nouvelles informations, on comprend maintenant que les astres étaient véritablement alignés pour permettre à Price de s'amener avec le CH et devenir l'un des plus grands gardiens de l'histoire de l'équipe. Ce repêchage magique aurait cependant très bien pu tourner à la catastrophe. 

"Big Read: Carey Price is now the winningest goalie in #Canadiens history. 

But as @EricEngels found out, Price only ended up with the Canadiens at all thanks to a controversial decision at a truly unique draft."

BURKE "We had Bobby Ryan rated No. 2 but we knew that no one else had him that high, so we felt we should be able to move down to at least No. 4 and still get him. We had Price at No. 5, and we had Gilbert Brule at No. 6. We tried to move down and Carolina said they would listen, and I remember Doug Risebrough [then GM of the Wild] barked at me and said, “I’ve seen your act at the draft before and I just wonder if I can get you the guy you want and I can take Bobby Ryan at four,” and then he walked away. So much for that plan. No one was too interested in dealing with me after I had moved to get both the Sedins in 1999."

BURKE "If we had moved down, we probably would have taken Carey Price at four had we lost Ryan. We thought four was as low as we could go without losing Ryan. But if we had lost him, we thought Carey Price was, in the words of one of our scouts, “as good a goalie as had come through the Draft in 10 years.” Our amateur guys felt he was clearly the No. 1 goalie in the world that year by a comfortable margin."

GAINEY "We were targeting Pouliot; that’s the player we hoped would be there at our pick. We understood it might not happen, but had he not been selected by Minnesota, we would have selected him."

TIMMINS "I saw [Pouliot] a lot that year. Good length and range, lots of growth potential; fluid, smooth skater with good hands and an accurate, quick release. He looked like the real deal."

Partager sur Facebook
197 197 Partages

Source: Sportsnet